Luropium, 2011

Luropium, 2011

Luropium est une expérience sensorielle et poétique se déroulant dans le noir complet. Elle nous fait basculer dans un autre état de réception de l’espace et des formes.

Il s’agit d’un théâtre d’objets abstrait, où trois tableaux lumineux et sonores contemplatifs se succèdent et nous portent dans un univers d’entités vivantes et géométriques, toujours sur le fil entre organisation et chaos.

La modulation en temps réel du son électroacoustique par le mouvement permet un travail sur la perception de matières et de formes invisibles. Le son semble en effet correspondre à un corps éthéré plus ou moins proche de ce que serait son squelette, matérialisé quant à lui par les objets lumineux.

Les technologies numériques sont ici au service du sensible, dans un univers ludique et poétique

Quatre yeux rouges vous regardent, puis se séparent dans un souffle déformé. Un parallélépipède est animé d’une vie propre et se déforme comme un élastique tendu entre deux mains. Puis un tunnel intergalactique d’anneaux bleus veut vous emmener vers les étoiles, la Grande Ourse peut-être ? On se retrouve portés au cœur de la fragilité du vivant…
Julia Kays, artiste plasticienne


Une coproduction le Lieu multiple/EMF, ZO Prod, Consortium, Galerie Louise Michel/Ville de Poitiers, avec le soutien de la Région Poitou-Charentes (Aide à la Coproduction – diffusion).

Marine Antony : conception/direction artistique
Mathieu Waddell: création sonore/programmation
Gérard Gourdot, Mélanie Jolly, David Mastretta : interprétation